Rechercher
  • Laure Braive

Parfum de mixité : le genre dans tous ses états

Mis à jour : 17 déc. 2020

Unisexe, pour tous, mixte, à partager, universel… Le parfum n’a pas de sexe ! Ou, devrais-je dire, n’a pas de genre. Et si le marketing lui en prête un si volontiers, il sait bien jouer du choix des mots qui touchent à la notion de mixité.



Historiquement la dimension sacrée et spirituelle du parfum excluait la notion de genre. La perception masculine ou féminine de telle ou telle note est d’ailleurs principalement culturelle : en orient, la rose et le oud sont appréciés aussi bien des hommes que des femmes.

Le paradigme féminin / masculin s’inscrit dans les origines de la parfumerie moderne occidentale et se perpétue dans tous les linéaires de chez Sephora et du circuit sélectif.

Les créateurs n’ont pourtant eu de cesse de jouer avec les codes du genre. Jicky de Guerlain (1889) fut adopté par les hommes à son lancement avant d’être plébiscité au féminin. Cabochard (1959) fut décliné au masculin par son parfumeur Bernard Chant avec Aramis en 1965.


La troisième voie que représente le parfum mixte, alternative au féminin ou masculin, relève en réalité de ressorts très divers. L’engouement qu’il suscite est chaque fois le reflet de l’époque.



DE LA COLOGNE A LA HAUTE PARFUMERIE, UNE MIXITÉ IMPLICITE


L’Eau de Cologne est la seule forme de création olfactive qui a toujours résisté à l’appel du genre.

« L’Acqua Mirabilis » et son pouvoir vivifiant qui rimait autrefois avec hygiène et purification demeure universelle. Au XXème siècle, elle entre au catalogue de tous les grands noms du parfum en tant qu’essentiel de salle de bain, puis comme création à part entière, toujours pour tous.

En 2001, la Cologne de Mugler casse les codes avec sa construction olfactive complexe et son positionnement luxe. Ce nouvel archétype ouvre la voie à des collections axées sur la notion d’art de vivre et faisant abstraction de la notion de genre. Chez Atelier Cologne ou dans la collection des Colognes Hermès pour n’en citer que quelques-unes, le genre s’efface au profit de sensations et instantanés olfactifs.


La Parfumerie d’auteur, ou de niche, s’affranchit elle aussi des codes du genre mais dans une logique différente. Elle s’adresse à des amateurs éclairés, adeptes de « haute parfumerie ».

Elle dépasse donc le clivage masculin féminin sans besoin de clamer haut et fort cette mixité, même si on peut parfois déceler une forme de subversion dans ce propos.

Tout au plus on nous parlera de notes ou familles olfactives. Chez Guerlain, l’offre se décompose en féminin / masculin / haute parfumerie. Au sein des Editions de Parfums Frédéric Malle tout comme chez Serge Lutens, Etat Libre d’Orange, By Kilian, Byredo et bien d’autres, point de mention du genre.


Dans la création de Colognes comme dans la parfumerie d’auteur, la notion de mixité est finalement généralement implicite.



DU PARTI-PRIS CREATIF AU REJET DES CODES ÉTABLIS


Revendiquer la mixité plutôt que de la sous-entendre relève pour marques et parfumeurs dun véritable acte créatif, parfois subversif voire ouvertement provocateur.


Francis Kurkdjian engage une réflexion approfondie sur le sujet qui se traduit dans sa démarche créative. Ses créations pour sa marque éponyme sont présentées comme des parfums mixtes «unissant l'homme et la femme autour d'une même histoire, d'un même sillage. Le parfumeur détaille encore :

« Mes créations ont un genre qu’il appartient à chacun de s’approprier voire de définir ».

Avec ses Eaux de parfum Gentle Fluidity, il s'amuse aussi à brouiller les pistes ! «J'ai voulu parler de mon époque, raconte le créateur, du rapport du masculin et du féminin qui évolue beaucoup. J'ai imaginé deux jus portant le même nom, avec exactement les mêmes ingrédients mais pas aux mêmes dosages ni composés avec le même équilibre, ce qui donne deux fragrances totalement différentes, pas unisexes mais qui peuvent plaire indifféremment à tous».


Chez Céline qui lance en 2019 sa collection de Haute Parfumerie, Hedi Slimane impose sa patte en revendiquant un « masculin féminin », fidèle à ses codes stylistiques. Ainsi, peut-on lire sur le site de la marque:

« Les accords et compositions facettées de la collection ne font aucune distinction entre les notes traditionnellement masculines ou féminines. elles se répondent et se confondent dans un questionnement incessant des identités ».

Une fluidité des genres un brin subversive mais de bon ton, très contemporaine.

Bien loin du souffle de rébellion grunge qui insuffla son succès planétaire à CK One de Calvin Klein en 1995 : un parfum révolutionnaire, dans une époque tourmentée par le SIDA qui vit émerger une nouvelle définition du partage et de l'androgynie.


Liberté rime-t-elle avec mixité ? On pourrait le penser. Déjà en 1968, Diptyque qui lançait « L’Eau »

raconte :

«La jeune génération est sur les barricades, Desmond mijote une révolution olfactive. (…) ni féminine ni masculine, ou les deux à la fois, L'Eau sera à l'image du monde qui s'annonce, un manifeste déroutant et affranchi des conventions. »

De parfum affranchi, (Untitled) de Martin Margiela en est l’archétype. Pour ce premier opus parfumé de la maison paru en 2010, « nul besoin de nom, (Untitled) défie les conventions en laissant son parfum parler de lui-même. » Un parfum mixte, cela va sans dire…




DE LA MIXITÉ AU GENDERLESS


Le parfum mixte est pour Elle et pour Lui.

Chez Hermès, on aimait le nommer parfum « à partager », comme pour Voyage d’Hermès en 2010. Déjà en 1975, Yves Saint-Laurent offrait un sillage en partage avec son Eau Libre et son accroche:

« Tout ce qui est à toi est à moi ».

Il est pour Elle, la Femme, et pour Lui, son Homme. Il demeure ainsi très genré !


Transcender le genre, c’est précisément le propos du parfum « Boy » de Chanel lancé en 2016 au sein de sa collection exclusive :

« Le parfum d’une personnalité ».

Dans l’article « des Hommes à Fleur de Peau » paru dans le Figaro en octobre dernier Chloé Prigent déclare :

« Chez les Parfums d’Orsay nous ne parlons pas de parfums unisexes mais agenre ».

Cela n’a rien d’anodin ! Aujourd’hui, en matière de parfum mixte, toute notion de genre tend à s’effacer…


Cette année, CK One trouve un nouveau terrain d’expression avec CK Everyone, non pas mixte mais unisexe. Pour sa nouveauté Mémoire d’une Odeur, la maison Gucci, elle, présente un parfum universel:

« Une fragrance qui transcende les idées préconçues concernant le genre et explore le pouvoir de la mémoire ».

Le parfum mixte en 2020 se doit d’être bienveillant et inclusif. Il intègre toutes les formes du couple, du genre et de la sexualité. A l’image de la marque de beauté « Non Gender Specific » qui lance son parfum « Flooid » :

« A fragrance for all humans ».

Le parfum mixte en 2020 se doit de bien choisir ses mots !

Souvent, faute du mot juste, on en appelle aux anglicismes. Ainsi fleurissent sous notre nez et dans nos magazines les parfums no-gender, genderless, gender-fluid, gender neutral… for everyone !


101 vues0 commentaire